Julie Kibler – La maison des égarées

Retrouvez ci-dessous mon avis sur la lecture du roman de Julie Kibler, La maison des égarées, sorti aux éditions Belfond le 18 février dernier.

avis lecture Julie Cibler La maison des égarées

Synopsis

Après Les Couleurs de l’espoir, Julie Kibler livre une histoire vibrante d’humanité, celle d’une amitié profonde entre deux femmes démunies, exclues, et pourtant déterminées à se relever, plus fortes, plus libres, dans l’Amérique patriarcale du début du siècle.

Dans la petite ville de Berachah, au Texas, il est un refuge pour toutes celles dont la société ne veut plus, les filles mères, les épouses abandonnées, les prostituées, les droguées. Un abri où ces femmes brisées peuvent tenter de se reconstruire.

C’est là que se rencontrent Lizzie Bates et Mattie Corder, en 1904. Entre les deux mères en perdition va se tisser un lien unique, comme un pont capable de les conduire ensemble vers un avenir meilleur.

Un siècle plus tard, Berachah se résume à quelques pierres tombales moussues. Fascinée par l’histoire de ce lieu et de ses pensionnaires, Cate Sutton, une jeune bibliothécaire, entreprend d’extraire du néant les vies de ces « égarées ». À travers les destins de Lizzie, Mattie et leurs compagnes, c’est une leçon d’espoir, de courage et de solidarité peu commune que l’Histoire s’apprête à offrir à Cate. Et dont les résonances inattendues pourraient éclairer son propre passé…

Mon avis

Un roman bouleversant pour de nombreuses raisons.

La première : l’histoire s’inspire de faits réels datants du tout début du XXème siècle. Ils existaient bien avant et ont continué bien après. Ils existent d’ailleurs encore beaucoup trop!

Il s’agit de portraits de femmes bafouées, humiliées, rejetées et accusées de la plus ignoble des manières. Ces dernières sont utilisées puis abandonnées à leur situation. Elles n’ont aucune estime d’elles mêmes. Elles se laissent traiter de la pire des façons.

Ensuite, on y raconte une amitié intense entre deux femmes n’ayant plus aucun espoir. Elles ont tout perdu et pourtant sont assez fortes pour se relever. Une amitié si forte qu’elle va leur permettre de se recréer une famille. Celle qu’elles n’ont jamais connue auparavant.

L’auteure nous parle de cette maison des égarées, qui a vraiment existé. Elle n’était pas parfaite, loin de là, mais elle a servi de refuge à de nombreuses femmes qui ont pu s’y reconstruire après avoir vécu le pire…

A travers ce récit, l’auteure fait également ressortir les dérives des différentes institutions qui, se voulant charitables, laissent se passer des actes épouvantables pour protéger certaines personnes aux dépens de nombreuses victimes.

J’ai adoré me plonger dans tous ces travers de la société en laissant gronder ma colère face à toutes ces injustices encore trop souvent subies par des femmes innocentes.

A propos de l’auteure

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’auteure, visitez son site

https://juliekibler.com

Suivez moi sur Instagram

https://www.instagram.com/mon_monde_d_evasions/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
3 × 13 =